Aller au contenu Aller à l'accueil plan du site rechercher Aide sur les raccourcis clavier

Accueil > Témoignages et Reportages > Québec - Expédition à 5 - Août 2002 >

Jour 3 à jour 4


Jour 3 : Ca bouge enfin…

Le soleil nous accueille à la porte de notre tente. Quel ravissement !
Premier rapide : le Saut du Crapaud, un bon RV [1] !

JPEG - 46.8 ko
Niko fait un saut de vague sur le Crapaud
Photo Niko Millot

Après examen, Niko et Raphaël ouvrent la voie sous les clics des appareils photos. Le premier rapide dégage toujours nos papillons dans l’estomac [2], la suite du parcours devient de l’amusement et de l’excitation à chaque approche. Un bon volume (120 m3 au lieu du 70 habituel) nous permet une bonne vitesse durant toute la journée.

JPEG - 27.6 ko
Paxou devant les portes de l’Enfer
Photo Paxou

On n’oubliera pas de sitôt le saut de chute de Niko au Hell’s Gate (Portes de l’Enfer) !

JPEG - 36.4 ko
Niko après les Portes de l’Enfer
Photo Denis Morin
JPEG - 44.5 ko
Niko dans la chute des Portes de l’Enfer
Photo Denis Morin

La vidéo (19 sec) à télécharger pour les amateurs d’images :

QuickTime - 706.1 ko
La vidéo du passage
Images Paxou

- Les rapides se suivent régulièrement, RII, RIII et RIV nous font l’honneur de nous indiquer la direction. Denis a même décroché une de ses poignées de flotteur dans un rappel, tellement il s’y est accroché ! !

JPEG - 95.3 ko
Fred ferme la marche dans le dernier rapide
Image tirée de la vidéo, Niko Millot

Nous maintenons notre vigilance et décidons ensemble qui descend quoi ! Nous nous rappelons que nous sommes là avant tout pour notre plaisir. Ainsi, un passage qui nous paraissait sain finira par dévoiler un rocher à la réception, rocher qui apparaît toutes les 20 vagues. Décision : personne ne le descend.
C’est une belle journée, car le groupe s’acclimate de plus en plus à l’environnement, et chacun trouve sa place au sein de celui-ci, on commence à former les 5 doigts d’une main.

QuickTime - 743.6 ko
Denis nage dans les belles vagues du rapide des Minnies
Images Niko Millot
JPEG - 51.2 ko
Raph descente Minnie
Photo Niko Millot

Le soir, le campement se monte silencieusement, la fatigue et l’attente de la bouffe sont présents. Un bon feu allumé par notre pompier et nous voilà assis pour se rappeler la journée et prendre plaisir du moment présent.

JPEG - 53.1 ko
Camp du Rapide Minnie
Photo Niko Millot

Ce soir, c’est au tour de Raphaël de nous surprendre avec une bouteille de champagne et quelques documents, il déclare la création officielle de RIPH International.

QuickTime - 1.4 Mo
Vivez en live la naissance de RIPH
Images Niko Millot

Hé oui, c’est en sol québécois que nous avons eu le privilège de voir naître cette association internationale. Bravo et merci Raphaël ! Et nous avons fait honneur encore une fois au River Tonic pour souligner le tout ! Encore une nuit bien méritée ! Quel calme !

JPEG - 47.9 ko
Le team a encore de l’énergie en soirée
Photo Niko Millot

Jour 4 : Changement de cap

Ce matin là, c’est la pluie qui nous attend à la sortie de nos tentes, le temps est gris !
Sous la bâche protectrice nous attend un bon petit déjeuner garni. On range tout, on enfile notre équipement et on se met à l’eau. La rivière nous apparaît différente et on s’enfile les rapides les uns derrière les autres.
Malgré les chemins et les balises, les portages sont assez encombrés et fatigants, nous avons souvent une pensée pour les canoéistes qui nous suivent. Comment vont-ils passer là ?

JPEG - 59.6 ko
Les portages sont difficiles
Photo Paxou

Nous approchons d’un RIV et comme à l’habitude le groupe va faire du repérage, les rives sont submergées et les abords sont glissants. Nous sommes en file indienne et d’une roche à l’autre, nous revenons vers nos sacs. Raphaël n’est pas chanceux, il dérape et se frappe durement l’épaule contre un rocher, son épaule se déboîte et il la remboîte en se relevant. Il récupère petit à petit de sa mobilité malgré l’impact.
On décide de se remettre à l’eau sans faire de portage pour le prochain rapide. Un énorme train de vagues se terminant par un mur nous attend plus bas en fin de parcours et un grand planiol nous permet de rejoindre la rive.

JPEG - 64.1 ko
Denis arrive dans le RV, un mur d’eau de 2,50m l’attend !!!
Image tirée de la vidéo, Niko Millot

La technique est simple : on tient son sac près de notre flotteur sans l’attacher et à l’approche du dernier rappel, on le lâche pour passer sous le rappel. On récupère ensuite nos sacs dans le planiol.

JPEG - 99.2 ko
Raph et Paxou juste avant l’impact dans le mur d’eau
Image tirée de la vidéo, Niko Millot

Chacun passe sans problème, sauf Raphaël qui garde son sac trop longtemps et se blesse de nouveau l’épaule déjà fragilisée par l’accident de la rive.

A ce moment, l’expédition prendra une autre tournure. Le groupe donne les premiers soins à Raphaël, et nous préparons un plan pour sortir le plus rapidement possible de la rivière.

JPEG - 88.9 ko
Raph reçoit les premiers soins (la couverture de survie dans son casque a enfin servi !)
Photo Fred Sanjou

Raphaël a une épaule déboîtée et nous la stabilisons sans pouvoir lui remettre en place. Il est 13h00. Étant donnée la situation géographique et l’environnement, nous devons reprendre la voie des eaux pendant quelques kilomètres.
Après quelques temps et deux anti-inflammatoires, Raphaël arrive à remettre sa combinaison. Les rapides sont de bas niveau et Raphaël demeure mobile ce qui est à l’avantage de tous. Il arrive à palmer et est escorté en permanence par Niko.
Notre objectif : une route forestière qui permettra à Raphaël de faire quelques kilomètres à pied pour rejoindre un campement.

Durant ces quelques kilomètres, nous rencontrons « enfin » dans une zone de calme les sangsues dont parlait un site sur Internet.

Nous arrivons finalement au point de jonction. Nous décidons de séparer le groupe, Raphaël part avec Paxou par la route qui longe la rivière jusqu’au point de rencontre, un site de campement assez bien situé pour un rapatriement par voie de terre. Le reste de l’équipe descend la rivière avec les bagages et prépare le campement pour la nuit. La pluie du matin s’est transformé en soleil depuis le début de l’après-midi.

Raphaël et Paxou entament une marche de plusieurs heures, difficile, semée de traces d’animaux (orignaux, ours ?, ...) et pleine de doutes quant au chemin emprunté : les boussoles européennes sont décalées en Amérique du Nord !
Le tout sous un soleil de plomb, avec pratiquement pas d’eau à boire (nous ne verrons jamais la rivière qui semblait si proche sur la carte !) et une armada de moustiques qui bourdonne autour de nous et attend que nous nous arrêtions pour nous piquer.
Heureusement, les radios nous permettent de garder le contact entre les deux groupes.

Vers 19h00 le groupe se reforme enfin au campement.
Le coin est confortable, nous avons tous fourni un grand effort et nous nous restaurons avec joie. Fred en profite pour nous partager sa surprise, des mousquetons, symboles de notre unité avec une estampille à l’effigie de notre expédition. Ca tombait vraiment bien !
Raphaël est fatigué mais comme dit Denis : « Les bonnes victimes font les bons sauvetages ! » et Raphaël se comporte bien dans la situation. Ca vaut pour tout le monde aussi.
Vers 21h00, le groupe se sépare de nouveau :
- Niko et Paxou restent avec Raphaël au campement ;
- Fred et Denis vont nager de nuit les 13 km restants pour arriver au point de sortie.

JPEG - 79.1 ko
Denis et Fred partant de nuit pour chercher du secours
Photo Niko Millot
JPEG - 54.4 ko
Niko et Paxou sont restés au campement et guettent les ours
Photo de Paxou

L’objectif est de diminuer au maximum le temps entre l’accident et l’entrée à l’hôpital.
C’est pourquoi Denis et Fred partent chercher du secours.

Fred se souviendra longtemps de cette descente :
" Chaque moment, chaque coup de palme, chaque arbre se découpant sous la pleine lune, chaque bruit, chaque rappel grondant dans la nuit, chaque virage découvrant
un nouveau méandre sombre, chaque vague se dévoilant sous ma lampe frontale resteront à jamais gravés dans mon esprit !"

Malgré la beauté et la magie du spectacle, il faut du courage pour Denis et Fred.
Ce qui les motive, c’est Raphaël et son épaule décalée ! Cette pensée leur donne le tonus nécessaire a chaque baisse de régime.
Fred cale son rythme de palmage sur celui de son compagnon québécois, "C’est magique ! Il n’y qu’un seul rythme dans le silence de la nuit."

Le moindre bruit au loin se transforme vite en grondement. Un train de vagues, un rappel ?
Vite, un coup d’œil sur la carte topo, Denis scrute les environs, chaque courbe, chaque méandre leur indique leur positionnement.
Les frontales ont du mal à déchirer la brume latente.

Soudain, billots de bois à droite, rappel à
gauche ! Gîte, contre-gîte, déhanchement sur déhanchement, sprint ! Ca y est, ils sont passés !

Deux cents mètres plus loin, Denis et Fred remettront ça ! Et encore et encore, pour enfin arriver dans un calme et le silence absolu.

L’une des plus belles descentes en pays inconnu qu’on pouvait imaginer !
Ils avaient laissé ce qu’il y avait de meilleur derrière eux, "leurs trois compagnons ", ils étaient fermement décidés à les retrouver.

Après deux heures de nage sous la lune, vers 23h00, les deux grenouilles nocturnes sortent de l’eau.
Il leur reste à trouver du secours en pleine nature et en pleine nuit.

" A quand une nouvelle valse sur les flots avec la pleine lune ? "

La lune aura été leur fidèle compagne, ils se souviendront autant d’elle que des passages de rapides à la lampe frontale.

" Merci Fred de ta compagnie ! " dit Denis.

JPEG - 5 ko
Le reflet de la lune sur la riviere !
Photo de Fred

A pied mais toujours en combinaison, Denis et Fred atteignent une route forestière secondaire. Comble de chance, une camionnette passe sur cette route quasi déserte. Quelques minutes plus tard, un gars "super sympa", comprenant l’urgence et malgré une heure tardive, les amène sur plus de 100km jusqu’au poste d’accueil du parc.
Une fois sur place, ils réveillent les ambulanciers et établissent un plan de sortie pour tout le groupe.
Il est décidé d’utiliser le 4x4 et la remorque, et d’emprunter une route abandonnée depuis 2 ans, mais qui semble, selon les informations, accessible.

Avec les conseils des ambulanciers, un téléphone satellite et l’impatience de revoir leurs amis du campement, Fred et Denis reprennent la route sans se reposer. Une longue route qui les amènera de peine en misère au campement, il est 5h00 du matin.

Niko, Paxou et Raph sont ravis de les revoir, la température cette nuit-là fut basse et ils n’ont presque pas dormi.
Contents, tout le monde (sauf Raph) défait le campement à la lumière des torches, on emballe dans la remorque et c’est la route du retour.

JPEG - 29.2 ko
Fred et Niko au retour, la fatigue est visible
Photo de Paxou

Le jour se lève. Une route en mauvais état, et un pont qui nous donne bien des sensations fortes. Mais ensemble, on l’a fait !

JPEG - 12.9 ko
Passage risqué sur un pont barré !
Photo de Paxou
JPEG - 20 ko
"Non, je n’arrête pas, DÉGAGEZ le passage ! !"
Photo de Niko
JPEG - 31.6 ko
Raphaël, privé de "médicament" !
Photo de Fred

Une fois les obstacles majeurs passés, rien de tel qu’un médicament bien connu chez les Québécois, le "Southern Comfort" !
Hé oui c’est au tour de Denis de révéler sa surprise !
Raphaël, qui a pris soin de ne rien boire et de ne rien manger depuis la veille, au cas où, n’aura pas le plaisir d’en boire !

JPEG - 18.7 ko
On a tous eu droit à du medicament, rien de tel que du Southern Confort !
Photo de Niko

À l’approche des routes principales, avec le téléphone satellite, nous contactons les ambulanciers et prenons un rendez-vous à une intersection routière.

JPEG - 28.9 ko
Denis prenant rendez-vous avec les ambulanciers par satellite !
Photo Paxou

Au point de rendez-vous, l’ambulance prend en charge Raphaël, Denis l’accompagne, tout le monde est en bon état, nous avons même droit aux félicitations des ambulanciers pour notre gestion de la situation : "il y a des personnes qui ne s’en sortent pas aussi bien. Vous êtes un groupe très soudé".
_Les 4 européens, et en particulier Raphaël, comprennent que leurs craintes d’avoir "grillé" Denis dans la région à cause de cet accident ne sont pas justifiées !
Ah, ces québécois ! Ils sont vraiment sympas !

JPEG - 52.4 ko
Fred et Niko qui regardent partir notre Raphaël !
Photo de Paxou

Il est 8h00 du matin. Juste avant que la porte de l’ambulance ne se ferme, Raphaël nous dit : "Rassurez Valérie et Timon, si vous pouvez leur parler avant moi".
L’émotion est à son comble, la tension peut enfin se relâcher. L’ambulance part au loin. L’aventure devait peut être finir comme ça..... mais qu’elle fut belle !

Raphaël Besson

A propos de l'auteur Raphaël Besson :
Créateur et Webmestre de http://www.DreamNev.Org. Initiateur de Nage en Eau Vive près de Paris en France. Président du RIPH. Retrouvez mon blog sur (...) Lire la suite... Site internet : DreamNev.org


Sans logo

A propos de l'auteur Niko Millot :
Niko, le Niko de Suisse Lire la suite...


Sans logo

A propos de l'auteur Fred Sanjou :
Moniteur, dit "Le Grizzly" ou "La Loutre". Voir son site http://www.fredsanjou.com Lire la suite...


Denis Morin

A propos de l'auteur Denis Morin :
Denis Morin, nageur du Québec. Je fais de la rivière depuis plusieurs années, sous forme d’expédition de plusieurs jours ou semaines. Mes premiers (...) Lire la suite...



[1Rapide de classe 5 en notation québécoise

[2expression québécoise ? !

Navigation

News | plan du site |  Kiosque web |  Annuaire

téléchargement

Denis nage dans les belles vagues du rapide des Minnies ,

Images Niko Millot


La vidéo du passage ,

Images Paxou


Vivez en live la naissance de RIPH ,

Images Niko Millot



Forum désactivé


RSS rubrique Afficher le contenu dynamique RSS de DreamNev.Org - Hydrospeed (Nage en Eau Vive)